Présentation du lycée

Le Lycée Notre Dame de Redon est un lieu d’apprentissage et d’épanouissement qui appartient au réseau des Frères de La Mennais.

Lycée professionnel à vocation tertiaire, accueillant les élèves en  3ème Prépa-Métiers, en CAP et Bac Professionnel, dans les domaines de la vente, du commerce et de l’accueil.

Au Lycée Notre-Dame, l’équipe éducative veille à ce que les jeunes reprennent confiance en eux et travaillent dans un bon climat, où l’écoute et l’aide aux élèves sont importantes, la reconnaissance des talents de chacun et leur valorisation, le développement de nouveaux outils pédagogiques pour susciter la motivation des jeunes.

Lycée

Le Mot du chef d'établissement

Projet éducatif et d'établissement

Equipe pédagogique

équipe pédagogique
  • 36 professeurs,
  • 1 conseiller principal d’éducation aidé de 2 assistants éducatifs,
  • 1 animatrice en pastorale
  • 3 personnels au service administration,
  • 4 personnels au service entretien et restauration
  • 1 technicien informatique
  • 1 agent d’entretien et de maintenance
  • 1 gérant cuisinier.

Taux de réussite aux examens

DNB : 94%
CAP : 100%
BAC : 99 %

Découvrez à travers ces quelques photos les différents espaces de notre établissement. La nouvelle restauration avec son self et son espace détente, la grande cour, les bâtiments principaux. Composé de 4 bâtiments principaux (administration, restauration, enseignement général et enseignements pratiques). A l’époque de la Grande Guerre les bâtiments de Notre-Dame sont devenus l’hôpital militaire n° 57. À l’époque, il y avait cinq hôpitaux complémentaires à Redon. La présence d’une gare jouait un rôle clé dans le transport des blessés. 

A travers des clichés d’époque et autres cartes postales, on constate que l’entrée de Notre-Dame a été modifiée au fil des années. « Il y avait auparavant deux petits murets qui ont été détruits. »

Toujours d’après les documents collectés, « nous pensons que les blessés, acheminés jusqu’à Redon, étaient des soldats qui nécessitaient de la rééducation. En effet, l’établissement disposait, pendant la Grande Guerre, d’un centre de mécanothérapie. »